PVC : hautement performant et 100 % recyclable Certaines idées reçues sur le PVC rigide ont la vie dure

Métier : Maçon Paysagiste Carreleur
Thématiques : Infos Bâtiment
PVC 100% recyclable

 

Polluant, nocif en cas d’inflammation, peu hygiénique, mal recyclable…: certaines idées reçues sur le PVC rigide ont la vie dure. C’est une des missions de Sophie Thomas, déléguée générale du STR-PVC*, que de les battre en brèche : « Beaucoup de fausses idées circulent sur ce matériau. De part sa composition, 57% de sel et 43% dérivés de pétrole, le PVC est naturellement recyclable. Ignifuge, il possède une remarquable résistance au feu mais également à la corrosion. Quant à sa production, elle ne mobilise que 0,6% du pétrole consommé dans le monde ». S’agissant des additifs apportés pour lui conférer des performances spécifiques (résistance aux UV…), ils sont utilisés de manière responsable et les industriels ont totalement banni le plomb.

« En matière d’adduction d’eau potable, poursuit Sophie Thomas, les tubes et raccords bénéficient d’Attestations de Conformité Sanitaire (ACS) délivrées par des laboratoires accrédités par le Ministère de la Santé. Ces documents garantissent l’aptitude des produits à être en contact avec l’eau destinée à la consommation humaine ».

Haute performance environnementale

Nicoll Autre indice de performance environnementale des réseaux PVC, « chaque entreprise adhérente au STR–PVC peut revendiquer une FDES, fiche de déclaration environnementale et sanitaire. Nous en avons créé sept, consultables sur la base INIES ». Véritables garanties pour les professionnels de la construction engagés dans une démarche de qualité environnementale, ces fiches conformes à la norme NF P 01-010 et prochainement  à la norme européenne EN 15804, évaluent l’impact environnemental des canalisations PVC au cours de l’ensemble de leur cycle de vie (de la production des matières premières à leur fin de vie, en passant par le transport, la mise en œuvre et l’usage même du produit). On note ici que, comprise entre 50 et 100 ans, la durée de vie des canalisations en PVC en fait une solution particulièrement durable.

Concernant l’empreinte carbone, les dernières études comparatives Teppfa menées au niveau européen sur un large panel de matériaux (pvc, béton, cuivre, fonte etc.) s’accordent à reconnaître aux solutions plastiques le meilleur profil carbone. Les études du cycle de vie enseignent par ailleurs que quelques soient le matériau, le fait même de recycler réduit sensiblement l’empreinte carbone des produits issus de cette ‘seconde vie’.

Objectif : 800 000 tonnes de recyclage par an

100% recyclable, le PVC est de plus en plus recyclé. « En l’an 2000, l’industrie européenne du PVC a adopté une approche globale de gestion responsable pendant tout le cycle de vie du produit, qui a débouché sur la signature de l’Engagement volontaire de l’industrie du PVC, baptisé Vinyl 2010, complété depuis par VinylPlus, explique Sophie Thomas. En 2014, ce sont ainsi 481 000 tonnes de PVC qui ont été collectées et recyclées en Europe, dont plus de 61 000 tonnes en France. L’objectif européen est d’atteindre 800 000 tonnes à l’horizon 2020 ».

Nicoll_recyclage

Les entreprises adhérentes du STR-PVC assurent à plus de 98% sur leurs sites industriels la collecte et le traitement des chutes de production (coupes, non-qualité, rebut de début ou fin de production). Leader européen des produits en matériaux de synthèse pour le bâtiment et les travaux publics, Nicoll fait partie des pionniers en matière de recyclage : « Nos chefs d’atelier ont commencé à s’y intéresser dès 1988 », souligne Dany Guillet, responsable qualité, sécurité et environnement de l’entreprise choletaise. « Aujourd’hui, pour 1000 tonnes de produits finis, 100 tonnes de matière sont récupérées puis broyées et micronisées pour obtenir 99,5 tonnes de PVC recyclé que nous réutilisons en interne. Cette démarche que nous avons instaurée il y a déjà 30 ans a fait de Nicoll un précurseur et c’est une des facettes de notre engagement dans une logique de développement durable. »

Améliorer la collecte

Nicoll aimerait pouvoir aller plus loin, mais le PVC qu’il recycle ne peut être employé que pour la fabrication de tubes d’assainissement et d’évacuation des eaux usées, selon le principe de la co-extrusion. « Pour l’injection, technologie utilisée dans la production des raccords ou petites pièces, nous avons besoin d’un PVC différent. Mais pour l’heure, nous n’avons pas de source d’approvisionnement externe de produits en fin de vie ou détérioré que nous pourrions recycler. C’est un problème général à la filière », constate Dany Guillet qui aspire à une amélioration du système de collecte.

Parfaitement en phase avec cette préoccupation des industriels, le STR-PVC mettra en place à titre expérimental début 2016, un système de collecte en partenariat avec un grand distributeur, spécialiste plastique et un collecteur recycleur de renom. « Dès que nous disposerons d’une matière recyclée pour la fabrication par injection, nous pourrons designer de nouvelles pièces adaptées à ses propriétés : il faut lancer la machine ! » s’enthousiasme Dany Guillet.

Nicoll

* Le Syndicat des Tubes et Raccords PVC réunit la grande majorité des fabricants des tubes et raccords en PVC produisant sur le territoire français.

Plus d’infos : www.str-pvc.org